Saison 2005-2006

19 juin 2006 L'Entente de la ria toujours dans la tourmente

Incompréhensions, déceptions, rancoeur, mots et portes qui claquent : l'Entente de la ria peine à s'extirper de la gangrène qui la mine depuis six mois (*). L'assemblée générale convoquée samedi pour constituer une association n'a réuni qu'une quinzaine de personnes dans une ambiance électrique.

« Ceux qui ont rameuté ne sont pas présents », déplorait Dominique Keraron (AS Belugas). « Cette désaffection des parents, il faut l'expliquer », réagissait Pascal Piot. « Moi, mon gamin, il va passer le pont », lâchait un autre parent. « Le mien veut aller jouer ailleurs; à 12 ans, il est dégoûté : on les avait habitués à une qualité d'entraînement qu'on n'a plus », embrayait un autre. « C'est une stupidité profonde, une solution simpliste ! », répliquait Dominique Keraron avant de claquer la porte, comme Daniel Le Floch (AS Duniers) l'avait fait précédemment quand un parent avait dénoncé que rien n'avait été fait pour les jeunes.

Risque d'hémorragie

« Un gamin qui s'en va dans un autre club, il y aura de l'eau à passer sous le Pont-Lorois avant qu'il ne revienne », ajoutait Elie Rio, président sortant des Belugas, en posant la question de l'avenir des clubs sans leurs jeunes. « Il faut que l'on mette du nôtre pour que les enfants continuent. Il y a une période difficile pour les 13 et 15 ans, mais si on est défaitiste, on casse tout. Moi, j'ai été mis plus bas que terre et personne n'a levé le petit doigt, j'ai fait le dos rond pour avancer. On est ici pour construire, pas pour détruire ».

Trois parents s'engagent

A cette plaidoirie d'Elie Rio, Laurent Le Leuch (Etel FC) ajoutait en lançant un appel aux parents à s'engager : « L'encadrement est assuré pour la saison; le financement aussi ». Au bout d'une heure et demie de ce dialogue de sourds, Pascal Piot s'est porté volontaire, suivi par Mickael Le Rouzic et Bernard Besnier. « La porte reste ouverte à d'autres d'ici le dépôt des statuts », indiquait-il, car à trois, le compte n'y est pas encore, puisque les statuts prévoient sept personnes. Dans l'assistance, plusieurs parents pourtant intéressés ont décliné l'invitation devant l'incertitude quant au choix de leurs enfants pour la saison prochaine. * Fin 2005, les responsables des clubs de Belz, Erdeven et Etel ont repris en mains l'Entente et procédé au licenciement économique de l'entraîneur, suscitant le mécontentement des parents

 Pascal piot (à droite) a été le premier parent à s'engager pour sauver l'entente

 

19 juin 2006 Quel avenir pour l'Entente ?

Née dans l'enthousiasme, mais aussi un peu aux forceps, il y a deux saisons, l'Entente de la ria était la solution d'avenir pour les clubs de football du secteur. Les contraintes financières et la fronde des parents l'ont sérieusement taclée au point de faire vaciller les clubs eux-mêmes. La commune d'Erdeven a déjà consenti des efforts sérieux, mais Elie Rio en appelait à la solidarité de toutes les communes pour pouvoir engager à nouveau un entraîneur : « Le bénévolat a ses limites, et nos clubs n'ont pas la capacité financière ou ça obligerait à augmenter les coûts de licences ce qui est contraire à l'essence d'un sport collectif ».

 

2 juin 2006  l'Entente de la ria se constitue en association

Le ton donné lors de la réunion de l'assemblée générale de mercredi soir était au dialogue. Le désir des trois clubs de l'Entente de la Ria est de repartir sur des bases saines et claires, la question essentielle reposait sur la création ou non d'une association de l'Entente.

L'assemblée, a l'unanimité, a donné son approbation, une ébauche des statuts était présentée, les parents pourront être élus au comité directeur qui sera composé de seize membres, quatre par club et quatre représentants des parents. Une assemblée générale constitutive sera provoquée avec les familles des jeunes (150 licenciés) le samedi 17 juin à 14 h à Belz.

Convaincre les 18 ans ou mettre une barrière ?

Les 18 ans restent le point sensible, expliquait Philippe Kermorvant en présentant le bilan sportif de l'équipe (laquelle au départ comptait 32 joueurs et à l'arrivée un effectif de quatorze jeunes), et regrettait que l'application des règles ne soit pas respectée particulièrement par les Duniers d'Erdeven, qui annoncent trois équipes de seniors pour la saison à venir. Faire évoluer l'état d'esprit des jeunes et les convaincre de jouer ensemble pour l'intérêt des clubs ou en arriver à mettre une barrière et ne pas leur laisser le choix, tel est le dilemme. Pour l'avenir les dirigeants des trois clubs voient toutefois avec optimisme le problème se résoudre par lui-même avec les 15 ans, lesquels franchiront la catégorie des 18 ans avec l'esprit de l'Entente.

Une récompense le 17 juin

Sur le plan sportif, les débutants soient 18 jeunes au départ étaient au final 10 joueurs, les poussins 32 joueurs : l'équipe 1 est arrivée 16 e sur 24 à la finale départementale. Les benjamins terminent second au classement, au vu de leurs bons résultats, ils recevront une récompense le 17 juin à Etel. Les 13 ans avec un nombre supérieur de 1 re année par rapport aux équipes rencontrées ont souffert de cette différence et l'effectif réduit des 15 ans a affaibli l'équipe arrivée 5 e sur 6 au classement. Les 18 ans sont classés en milieu de tableau avec sept victoires et sept défaites.

 

31 mai 2006 les poussins en finale départementale 

Après avoir décroché leur qualification lors du tour préliminaire à Locoal-Mendon, les poussins de l'Entente de la Ria ont représenté le secteur des Deux-Rivières à la finale départementale, qui réunissait dimanche à La Vraie-Croix, les 24 meilleures équipes du Morbihan. Trois équipes devaient se qualifier pour la finale régionale.

Parcours remarquable

Après une entrée en matière prometteuse, l'équipe s'est finalement trouvée reléguée à la 16 e place, après avoir été 5 e à deux tours de la fin des épreuves. Ce parcours est d'autant plus remarquable que cette équipe encadrée par Yann Royer et Michel Galloux était majoritairement constituée de poussins première année (six, contre quatre 2 e année). Le privilège de participer à cette finale départementale couronnait une saison remarquée.

L'équipe de poussin de l'entente qui a défendu les couleurs du secteur des Deux Rivières aux finales départementales: Mathys Le Gal, Jérémy Baron, Gildwen Royer, Guillaume Le Nay, Kévin Galloux, Ugo Varasso, Léo Gruiec, Paul Varasso, Ladislas Oliver, Axel Monfort (manque Mathias Le Port)

 

27 mai 2006 L'Entente et les 18 ans : les Duniers s'expliquent

Si les Belugas de Belz ont été touchés en plein coeur, avec la démission du bureau pour marquer sa désapprobation face aux attaques personnelles, l'Etel FC et l'AS Duniers ont un peu mieux amorti l'onde de choc des hostilités provoquées par la reprise en mains de l'Entente de la ria en cours de saison, mais n'en sortent pas indemnes.

Mercredi, lors de l'assemblée des Duniers, Daniel Le Floch, ancien président, actuel président du club des supporters et correspondant du club auprès de l'Entente, a sobrement annoncé se retirer du bureau pour différentes raisons dont les difficultés endurées avec l'Entente. Ces difficultés sont surtout de deux ordres : le conflit entre un noyau de parents et les clubs suite à la décision de licencier le responsable sportif pour des raisons économiques, et le fait que les Duniers aient conservé les 18 ans au sein de leurs équipes seniors. « Il était pourtant convenu que si un 18 ans jouait en A, il pouvait rester dans son club, mais dans les autres cas, la priorité était l'Entente de la ria. La réalité est qu'ils ont joué en A, mais aussi en B et en C », rappelait Daniel Le Floch, qui confiait avoir beaucoup enduré pour défendre la position des Duniers, dérogeant à la parole donnée et aux règles sur les ententes.

« Contre leur gré on ne peut pas »

« Les joueurs ont refusé d'aller jouer pour la Ria, je ne pouvais pas les forcer; dès lors, je les ai pris dans mon groupe », se justifiait l'entraîneur, Even Le Cloirec, en certifiant avoir voulu jouer le jeu. « Mais si c'était pour aller essuyer le banc de touche à la Ria, ce n'était pas la peine ». « Contre leur gré, on ne peut pas », ajoutait Serge Mallet, vice-président. D'autres voix se sont élevées dans l'assemblée pour justifier cette volonté des joueurs : « Si à 18 ans, on ne joue pas en seniors, on y jouera jamais ! » Et d'ajouter qu'avec l'Entente de la ria, il serait bon d'envisager les choses dans leur globalité, en tenant compte du fait que les 18 ans concernés ne sont que cinq alors que pour les poussins et benjamins, les Duniers fournissent une très grosse part des effectifs, et en s'interrogeant aussi sur la suppression sans annonce d'une des deux équipes de 15 ans, avec des conséquences dommageables pour les joueurs. Toutes ces questions ne manqueront pas d'être évoquées le mercredi 31 lors de l'assemblée de l'Entente à Belz, au cours de laquelle une nouvelle association devrait être constituée (à 20 h 30, salle du Grand Saule, derrière la mairie de Belz)

 

Ici aux côtés de Gouvry Le Floch, Hervé Belz, Serge Mallet et Jean-Luc Le Gloahec, l'entraineur Even Le Cloarec a expliqué pourquoi les 18 ans ont majoritairement joué avec les séniors et non l'entente.

 

22 mai 2006 L'Entente de la ria ébranle les Belugas

L'onde de choc des secousses qui ont ébranlé l'Entente de la ria, cette saison, a atteint les Belugas en plein coeur : samedi, l'assemblée générale a non seulement été marquée par la démission de tout le bureau (*), mais aussi par la décision de ne pas procéder immédiatement à son remplacement. Une nouvelle assemblée devra être convoquée prochainement pour doter le club d'un exécutif. « La raison de cette crise réside dans les graves mises en cause de personnes au plus fort des controverses autour de l'Entente de la ria », expliquait le président Elie Rio : discuter, oui; salir les personnes, non. « Le sport doit rassembler », concluait Elie Rio sur cette question, avant d'annoncer la tenue d'une assemblée spécifique pour l'Entente de la Ria le mercredi 31 mai, à 20 h 30, au Grand Saule

Maintenir coûte que coûte une équipe de 18 ans

L'autre point touchant l'Entente qui a suscité le plus de débats a été l'équipe des 18 ans, dont les Belugas seuls ont formé la grande majorité des effectifs, alors que d'autres clubs de l'Entente ont gardé leurs 18 ans pour les intégrer à leurs équipes seniors. « Nous, Belugas, nous avons joué le jeu, mais pas Erdeven », lâchait Elie Rio, un peu déçu. Le débat avec Philippe Kermorvant et Jean-Loup Jollivet, responsables de cette équipe, a fait ressortir la volonté nette de maintenir un groupe de 18 ans : « C'est primordial pour les clubs, le chemin que nous avons pris est le bon même si ça a eu des conséquences pour les équipes seniors, c'est la voie de l'avenir ».

 

10 mai 2006 les 18 ans comptabilisent sept victoires à une journée de la fin

Samedi, avant le coup d'envoi du match de championnat contre l'US Brec'h, le club des supporters de l'AS Belugas a remis un jeu de maillots à l'équipe des 18 ans de l'Entente de la ria, encadrée par Philippe Kermorvant et Jean-Loup Jollivet. « C'était à leur tour de recevoir quelque chose de notre part », expliquait simplement André Le Formal, l'ancien président du club. Evoluant en promotion, cette toute jeune équipe termine sa deuxième saison. Sa douloureuse, mais somme toute logique, défaite de samedi contre Brec'h, deuxième du classement, n'a pas remis en cause sa place de quatrième du groupe. A une journée de la fin du championnat, l'équipe totalise sept victoires pour six défaites. Samedi, pour son dernier match, l'équipe des 18 ans de l'Entente se déplacera contre l'Entente Blavet-Ria-OC, vainqueur samedi de Quiberon.

L'équipe des 18 ans de l'entente de la Ria avec de Jean Lou Jollivet et Thierry Kerzerho autour des membres du club des supporters de l'AS Belugas: Hugues Flégeau, Maxime Harnois, Brice Le Gloahec, Damien Naviel, Alexis Mahéo, Yann Le Rouzic, Romain Dréano, Benoit Kersuzan, Alexandre Guillas, Jean François Jehanno, Jean Auguste Babaci

 

4 mai 2006 "Chez Fifine", deux heures de rire vendredi soir

Déjà plus de 3.000 personnes ont ri de bon coeur au spectacle « Chez Fifine » écrit et mis en scène par le comédien port-louisien Thierry Philippe. « Chez Fifine », c'est l'histoire d'un petit bistrot comme il en existait autrefois dans toutes les communes bretonnes, avec sa tenancière en tablier et béguin, servant des clients aussi pittoresques les uns que les autres. Des figures, des réflexions hors du temps, de l'humour à revendre... C'est tout l'esprit du pays qui traverse ces deux heures de spectacle. Ce spectacle sera donné ce vendredi 5 mai, à 20 h 30, à la salle polyvalente, au profit de l'Entente de la ria. Réservations au syndicat d'initiative d'Etel, à l'office du tourisme d'Erdeven, au café Le Quentrec, à la boulangerie Robic et à la boulangerie Veillerobe à Erdeven, au Super U, à la maison de la presse et au bar des Sports à Belz. Entrée : 7 €.

 

27 mars 2006 Belugas : le tournoi au bénéfice de l'Entente

100 équipes, 100 bénévoles, 100 partenaires, et deux journées : le tournoi du week-end du 1 er mai 2006 de l'AS Belugas s'inscrit dans la continuité, avec l'accent mis sur les dotations pour les participants et gagnants. « Les deux premières équipes en benjamins, 13 ans et 15 ans recevront un lecteur MP3 », annonçait le président Elie Rio, samedi, lors de l'assemblée de l'équipe organisatrice. 

Une trentaine d'équipes déjà inscrites

A un mois de l'événement, une trentaine d'équipes se sont déjà inscrites. « On est dans la bonne moyenne », observait Michel Lemer, le coordinateur du tournoi. Parmi ces équipes, le Stade Quimperrois, l'US et l'Hermine de Concarneau, La Montagne, Caudan, Brec'h, Locoal-Mendon, etc. Le seul bémol est le trop faible engagement des parents et dirigeants, même si un certain nombre de fidèles ont déclaré présent et ont été rejoints par des nouveaux. Pour Elie Rio, ce bémol est d'autant plus regrettable que « la moitié des excédents de ce tournoi vont à l'Entente de la ria » et que « les responsables de l'Entente veulent poursuivre l'Entente avec le soutien des municipalités, et travaillent sur un projet pour la rentrée ». Un intérêt qui va dans le sens des aspirations des parents : « On veut que l'Entente reparte avec ses finances propres et un budget ».

« Chez Fifine » le 5 mai

Dans cette optique, Elie Rio a également annoncé qu'une représentation du show comique du Portlouisien Thierry Philippe, Chez Fifine, serait donnée le 5 mai à la salle d'Erdeven au profit intégral de l'Entente. « On rit pendant deux heures ! ». Entrée : 7 euros.

 

Elie Rio, Dominique Keraron et Michel Lemer, samedi, lors de l'assemblée de l'équipe organisatrice du tournoi

 

20 mars 2006  Lorient-Bastia : l'Entente de la ria supporte les Merlus

Vendredi soir, l'Entente de la ria a été invitée avec une quarantaine de jeunes, des catégories poussins à moins de 15 ans, à assister, dans les tribunes du stade du Moustoir, à la rencontre de championnat de Ligue 2 Lorient-Bastia. Salués par le speaker officiel Didier Le Botmel lors de la présentation, les jeunes de l'Entente, revêtus de la parfaite panoplie orange et noire du supporter des Merlus, ont encouragé les joueurs avec enthousiasme et applaudi à leur belle victoire. Organisé en covoiturage, ce déplacement était une première pour certains jeunes joueurs et même pour quelques-uns des douze accompagnateurs. Ce déplacement avait été préparé par Yannick Pessel et Daniel le Floch avec le concours actif des jeunes responsables d'équipes de l'Entente.

 

15 mars 2006  le comité de parents jette l'éponge

Les difficultés financières apparues en décembre à l'Entente de la ria et le licenciement de l'entraîneur sportif avaient provoqué, du côté des parents, une crise de confiance qui les avait amenés à constituer un comité, composé de neuf volontaires. Sa première action a été de diffuser un questionnaire aux 140 parents : « Souhaitez-vous la création d'une association Loi 1901 pour diriger l'Entente ? Souhaiteriez-vous devenir membre du bureau ? Bénévole ? ». Seule une trentaine de parents y ont répondu, approuvant à 86 % cette création, et une dizaine seulement a accepté de s'engager au sein du bureau. Pour le comité, les 21 % de réponses reçues sont insuffisantes pour aller plus avant. Dans un communiqué diffusé lundi, il déclare abandonner le projet.

L'audit financier toujours attendu

Par ailleurs, le comité déplore « l'absence de dialogue avec les instances dirigeantes (*) ainsi que les promesses de transparence financières non tenues. En effet, début janvier 2006, l'un des trois présidents s'était engagé à déposer les comptes de l'Entente au Trésor public d'Etel pour une vérification et à informer les membres du comité des conclusions de cet audit. Aucun résultat à ce jour ne nous a été communiqué ! Que devons-nous en conclure ? »

« Quel avenir pour l'Entente ? »

Et le comité de poursuivre : « La création de l'Entente avait pour finalité la mise en place d'une école de football pour faire progresser les jeunes des trois clubs concernés. Après le départ de l'entraîneur, les séances du mercredi reposent maintenant sur la disponibilité de deux ou trois parents ». « Quel avenir pour l'Entente ? Quel avenir pour les enfants ? Dans ce contexte, les dirigeants des trois clubs doivent-ils s'étonner du manque de participation des parents aux activités qu'ils organisent ? Y aura-t-il des répercussions sur l'évolution des effectifs pour la saison prochaine ? ». (*) « Des décisions internes ont été prises sans consultation des parents et sans tenir compte du bien-être des enfants : changement de responsables d'équipes, etc. ».

 

22 février 2006 Tournoi de foot : des parents réagissent

Lors du tournoi de football des jeunes de l'AS Duniers, samedi à la salle polyvalente, les responsables des clubs composant l'Entente de la Ria avaient regretté que très peu de parents se soient engagés à leurs côtés pour la préparation de la salle et la tenue des différents stands. Du côté des parents de benjamins, plusieurs ont réagi en indiquant avoir averti qu'au collège de la Rivière, leurs enfants avaient classe ce samedi matin, et qu'en conséquence, ils ne pourraient prendre part au tournoi. Ils avaient même demandé que la date du tournoi soit changée pour ce motif, voire de le décaler l'après-midi seulement. Cet empêchement pour leurs enfants serait donc la cause première de la non-participation des parents.

 

20 février 2006 Tournoi des Duniers : Plescop et Lanester vainqueurs

Baptême du feu réussi et pari gagné pour la jeune équipe, autour de Fred Le Mené, Gouvry Le Floch, Yann Olliero et Benjamin Drian, qui a pris en mains cette année le tournoi en salle de l'AS Duniers. Avec 33 équipes (20 de poussins et 13 de benjamins), ce tournoi en salle de l'AS Duniers, sous l'égide de l'Entente de la ria, samedi à la salle polyvalente, s'est déroulé sans anicroche et dans une bonne ambiance.

Où étaient les parents ?

Seul bémol à noter : l'absence des parents des joueurs. Seuls deux s'étaient présentés pour prêter main forte aux organisateurs. Pourtant, les fruits de ce tournoi profiteront à leurs enfants puisqu'ils doivent être partagés avec l'Entente. Cette absence trouve certainement sa raison dans les turbulences qui ont agité l'Entente avant Noël. Le public venu assez nombreux tout au long de la journée a pris plaisir à voir les enfants jouer, et a apprécié du « beau football », comme le soulignait un supporter des Duniers lors des finales. La surprise est venue des benjamins de Lanester qui ont réussi à battre une belle équipe lorientaise (FCL). Côté Ria, les poussins 1 ont été éliminés en quarts de finale par l'US-Hennebont, et les benjamins 1 au même stade par Landaul. Tout au long de la journée trois arbitres ont officié : Guénaël Nicolas, Jean-Luc Le Niniven et Dominique Nicoly. POUSSINS : 1. Plescop; 2. US Hennebont; 3. CEP Lorient; 4. Caudan. BENJAMINS : 1. Lanester 2; 2. FCL Lorient; 3. Landaul; 4. ES Ploemel. Le 19 mars, au gymnase de Kerbiquet à Vannes, Sébastien Le Craver, joueur aux Duniers et un groupe d'étudiants en gestion de l'IUT organiseront un tournoi en salle sur le modèle de celui d'Erdeven. Ce tournoi s'adresse aux 18 ans, seniors et vétérans. Organisé comme projet événementiel par les étudiants, ce tournoi a une visée caritative au profit de l'association Tché-Kanam, qui vient en aide à des jeunes africains. Contact pour inscriptions : tél. 06.98.95.49.24.

 

19 janvier 2006 L'Entente de la ria repart

Sérieusement ébranlée par les lourdes conséquences de ses difficultés financières, l'Entente de la Ria rassemble ses bonnes volontés pour repartir dans les meilleures conditions possibles pour l'intérêt des jeunes. Toutes les tensions ne sont pas retombées pour autant. Les entraînements ont lieu, de même que les matches et rencontres prévues. Ainsi, samedi dernier, l'Entente a accueilli 120 jeunes à Erdeven pour un plateau débutants et les matches des trois équipes de poussins. L'AS Duniers a offert le goûter, servi avec l'aide de plusieurs mamans.

Les rencontres du week-end

Au tableau de l'Entente samedi, les débutants vont disputer un plateau à Ploemel. Les poussins 1 et 3 jouent à Pluvigner contre les Keriolets. Les poussins 2 sont exempts. Les benjamins 1 vont à Landaul et les benjamins 2 reçoivent Merlevenez en match amical à Erdeven. Les 13 ans se déplacent à Lorient contre le FCL et les 15 ans reçoivent Guermeur à Etel (La Garenne).

Mercredi matin, les débutants ont eu droit à un bon entrainement dirigé par des bénévoles de l'entente

 

12 janvier 2006  75 spectateurs à Lorient-Guingamp

Signe de détente à l'Entente de la ria ? Signe, en tous cas, que le souci des enfants est revenu au centre des préoccupations de tous. L'appel lancé par Daniel Le Floch au nom de l'Entente pour assister, sur invitation du secteur des Deux-Rivières, au derby breton Lorient-Guingamp, mardi soir au Moustoir, a été largement entendu. 50 enfants accompagnés par 25 parents et encadrants s'étaient inscrits. Comme si de rien n'était, responsables et parents ont pris les choses en mains pour organiser le co-voiturage, afin d'aller encourager les Merlus. Daniel Le Floch, le seul de l'équipe favorable aux maillots blancs et noirs guingampais n'a pu se joindre à eux pour des raisons de santé. Là réside peut-être une des raisons de leur défaite...

9 janvier 2006 Entente de la ria : renouer le dialogue

« L'Entente était la meilleure solution, de même que le recours à un éducateur, mais il y a eu un problème financier... ». Samedi matin, face à une quarantaine de parents de l'Entente de la ria, Dominique Keraron (AS Belugas) avait repris son bâton de pèlerin pour plaider l'intérêt des enfants à préserver la structure malgré les difficultés et les erreurs.

Face aux parents qui demandent des comptes et qui souhaitent que leurs enfants puissent poursuivre leur saison de football, les dirigeants essaient de colmater les brèches, de trouver des solutions pérennes et de remobiliser le bénévolat. Une gageure. Les griefs fusaient toujours envers les responsables sur leur gestion, leur communication et leur décision de licencier le responsable technique pour raisons économiques. Des salves ont aussi été tirées en direction des élus, accusés de ne pas avoir voulu s'engager à l'époque où ils ont été sollicités.

Une structure spécifique pour l'entente ?

Ces salves n'étaient pas partagées par tous les parents présents, et une volonté de renouer le dialogue et d'aller de l'avant s'est dessinée. « Les torts et responsabilités, c'est une chose, l'avenir en est une autre. Il ne faut pas mélanger les deux si on veut avancer », plaidait un des neuf membres d'un collectif de parents (*). Continuer l'Entente semble faire l'unanimité, avec le souhait de la faire porter par une structure spécifique, avec des membres élus siégeant aux côtés de représentants des clubs et des municipalités. Mais sa constitution a été différée pour éviter toute erreur et surtout pour une meilleure représentativité : « Nous ne sommes que 40 parents présents sur 150, nous ne sommes pas légitimes ».

Clubs : finir la saison le mieux possible

« Le but n'est pas de pourrir la situation, mais de voir l'Entente de la ria sur le long terme », clamait Laurent Le Leuch, le président de l'Etel FC, samedi, à l'issue de la réunion des responsables des trois clubs composant l'Entente de la ria. Mais cette volonté a aussi ses conditions : un cessez-le-feu sur les erreurs du passé et une concertation constructive avec les parents et les partenaires. « Sinon, c'est le forfait général », avertissait Dominique Keraron (AS Belugas). Quant aux comptes qui étaient au centre des controverses autour du licenciement économique de Gaétan Amalir, le responsable technique, Michel Nabat (vice-président de l'Etel FC) insistait sur ce qui a toujours été affirmé par les responsables : « Ils sont nets, clairs et bons. Les parents ont été invités à venir les consulter et jusqu'à présent, personne ne s'est manifesté ».

Calmer la polémique

Néanmoins, pour calmer la polémique, durant la semaine, un centre de gestion indépendant dressera un bilan financier, et une copie des comptes sera adressée à la perception pour contrôle. Sur le projet sportif, les responsables des clubs notent que tout doit être mis en oeuvre pour que les entraînements aient lieu afin de finir la saison le mieux possible. (*) Christiane Gory, Yves Langlais, Laurent Guennec, Philippe Kermorvant, Thierry Gillet, Eric Bonnec, Patrice Plinvert, André Eveillard, Christophe Le Navennec.

 

6 janvier 2006 Chronique d'une crise

« L'affaire » de l'Entente de la ria a éclaté en décembre. Mais depuis la reprise de septembre, Gaétan Amalir avait alerté les responsables sur le fonctionnement de l'Entente et son financement. Avant la trêve de Noël, Gaétan Amalir a été averti par le président de l'Etel FC de l'intention des clubs de le licencier pour motif économique, compte tenu d'une trésorerie que les nouvelles équipes en place ont estimé difficile. Cette nouvelle a suscité un mouvement d'incompréhension et de révolte de la part des parents, qui se sont invités et fait entendre, le 17 décembre à Erdeven, à la réunion extraordinaire des responsables d'équipes. Pour répondre à leurs demandes d'éclaircissements sur les comptes, une réunion a été organisée le 23 décembre à Belz (Le Télégramme du 26). Cette réunion s'était refermée sur une volonté commune de continuer l'Entente et de travailler à trouver des solutions. Mais la tension n'est pas vraiment retombée.

6 janvier 2006 Entente de la ria : les entraînements reprennent

Entre turbulences, crise de confiance d'un comité de parents, soif d'informations et de transparence, volonté affirmée des dirigeants de reconstruire sur le bénévolat et appel aux élus, l'Entente de la ria est toujours dans l'expectative quant à son avenir. Néanmoins, les entraînements des plus jeunes ont pu se dérouler dans de bonnes conditions, mercredi, à Erdeven.

Comme annoncé par Daniel Le Floch (AS Duniers) lors de la réunion du 23 décembre avec les parents, l'entraînement des plus jeunes (débutants à benjamins) a pu avoir lieu mercredi, à la salle polyvalente d'Erdeven. Comme d'habitude, ou presque. Suite au licenciement économique de Gaétan Amalir, le responsable technique, la municipalité d'Erdeven a pris l'initiative de détacher gratuitement pour toute la journée un de ses agents, Christophe Lesers. Ce dernier est titulaire d'un brevet d'éducateur, arbitre officiel de la Ligue et fort d'une longue expérience dans l'encadrement des jeunes au sein de l'AS Bélugas. Pendant qu'une vingtaine de parents discutaient dehors, Christophe Lesers, aidé de bénévoles, a accueilli les enfants venus assez nombreux : onze débutants sur 20, 32 poussins sur 36, et quatorze benjamins sur 24.

Couac pour les 13 ans

Par contre, les entraînements pour les 13 ans, mardi soir à Belz, ont connu un « couac » qui a suscité le mécontentement des parents. Contrairement à l'engagement pris publiquement par les dirigeants des clubs, aucune information préalable sur la reprise n'avait été portée sur les panneaux d'affichage et, malgré la présence des joueurs et même de Gaétan Amalir, l'entraînement n'a pu avoir lieu. Les matches ne devant reprendre que le 14, Yannick Pessel, secrétaire des Bélugas, a indiqué que les entraînements des 13 et 15 ans devraient avoir lieu normalement la semaine prochaine.

 

27 décembre 2005  impact sur la gestion des installations

Mardi dernier, en conseil municipal, Robert Keraron, adjoint aux sports et aux associations, a évoqué les soucis financiers rencontrés par l'Entente de la ria. « On a été prudent et bien nous en a pris », notait le maire par rapport aux engagements des collectivités - commune et communauté de communes

Mais au-delà de l'aspect lié à la viabilité financière du projet lui-même, et à l'aspect sportif et d'encadrement des jeunes, auxquels la municipalité est sensible, le devenir de ce groupement entre Belz, Etel et Erdeven, peut aussi avoir des conséquences quant à la gestion des installations sportives mises à disposition. Le regroupement a eu pour effet de mutualiser ces installations en créant des pôles par catégories. Pour Belz, la conséquence en a été l'abandon partiel des terrains de Kerguindo (coût : 900 € par an), car les installations de La Lande étaient devenues suffisantes. Mais si l'Entente venait à se rompre, Belz retrouverait les mêmes complications qu'auparavant, en recourant à nouveau à ces terrains. Au conseil, cette question amenait aussi à réaffirmer l'intérêt de l'extension envisagée dans le futur des installations de La Lande, avec pour corollaire, comme le notait le maire, l'avenir à terme du camping : « On sait qu'avec 60 places, ce n'est pas rentable ».

 

26 décembre 2005 colmater les brèches et repartir

Démarrée dans un climat de tension, d'accusations, de « lavage de linge sale », la réunion avec les parents de l'Entente de la Ria, vendredi soir aux Astéries, a finalement débouché sur une volonté de clarifier la situation, et de tout tenter pour sauver ce qui pourra l'être dans le souci des enfants (150 licenciés).

Créée dans l'enthousiasme il y a un peu plus d'un an, l'Entente de la ria semblait moribonde à l'issue de la réunion du samedi 17 à Erdeven, à laquelle les parents s'étaient invités pour exprimer leur désaccord sur le projet, engagé dans la discrétion, de licencier pour raisons économiques Gaétan Amalir, le responsable technique. Pour les parents, la situation financière critique soulevait une interrogation grave sur la gestion. D'où cette deuxième réunion, convoquée pour y répondre, documents à l'appui, et pour évaluer si l'Entente pouvait avoir encore un avenir.

Auditer les comptes pour retrouver la confiance

La première partie des débats a porté sur les finances, avec une présentation contradictoire entre les comptes communiqués par le correspondant démissionnaire, Michel Galloux, à Dominique Keraron, le nouveau trésorier, et l'estimatif étayé sur l'activité présentée par Gaétan Amalir. Si pour D. Keraron, au vu des éléments comptables en sa possession, « tout est clair, il n'y a aucune malversation, ni aucun trou, mais à la date d'aujourd'hui, l'Entente est déficitaire et ne peut plus payer », Gaétan Amalir s'est efforcé de démontrer qu'au contraire, son emploi était financièrement viable, et aurait même dû être bénéficiaire. Un premier examen, difficilement mené au cours de la réunion, a quelque peu réduit le delta entre les deux bilans, mais un écart demeure. D'où la décision prise d'aller plus avant, et d'auditer les comptes au regard des éléments fournis par G. Amalir, avant tout pour rétablir la confiance, mais aussi parce que, comme G. Amalir le démontre, « C'est réalisable », concédait D. Keraron. « Vous connaîtrez la vérité », assurait Laurent Le Leuch, président de l'Etel-FC et à ce titre, employeur de G. Amalir au nom de l'Entente.

Perspective de nouvelles bases

« On fait quoi de nos gamins le 3 janvier, je n'ai pas envie qu'ils arrêtent le foot ? ». Représentant des Duniers, Daniel Le Floch annonçait alors que des pourparlers étaient engagés avec la mairie d'Erdeven en vue de détacher un de ses agents, titulaire d'un brevet d'État, pour encadrer des entraînements, le mercredi après-midi, et soutenir le bénévolat. Cette perspective changea la nature et le ton des débats vers la concertation constructive, avec une volonté claire des parents de s'engager massivement. Plusieurs pistes ont alors été évoquées, à commencer par la rencontre avec les municipalités. La participation financière renforcée des clubs a aussi été soulevée de même que l'éventualité d'un temps partiel pour G. Amalir, qui s'est dit prêt à étudier toute proposition. Pour la rentrée, les parents seront informés via les panneaux d'affichage des clubs.

 

19 décembre 2005 L'Entente de la ria dans la tourmente, les parents inquiets

Lancée avec euphorie à la rentrée 2004, l'Entente de la Ria, qui regroupe 180 jeunes des clubs de football de Belz, Erdeven et Etel, butte aujourd'hui sur des prévisions financières trop optimistes qui l'amènent au prochain licenciement économique du responsable technique. Du côté des familles, l'inquiétude est à la mesure des espoirs placés dans ce groupement et de la dynamique générée.

Samedi matin, une cinquantaine de parents se sont invités à Erdeven à la réunion des responsables d'équipes, bouleversant l'ordre du jour. Cette semaine, les fuites sur le licenciement de Gaétan Amalir avaient fait l'effet d'une traînée de poudre, et l'intéressé, prévenu par Laurent Le Leuch, président de l'Etel-FC, avait anticipé en faisant ses adieux aux enfants. Mais la traînée de poudre drainait aussi des interrogations sur la gestion de l'Entente et la responsabilité éventuelle de son ex-coordonnateur, en poste jusqu'à il y a un peu plus d'un mois.

« Aucune malversation »

« Ce sont des raisons exclusivement financières qui nous amènent à ce licenciement », prévenait d'emblée Elie Rio, président de l'AS-Belugas. « Et contrairement à ce qui a pu être dit, il n'y a eu aucun détournement financier ». Ce que Dominique Keraron, confirmait au vu des éléments comptables qui lui ont été transmis : « Aucune malversation ». Cette insistance n'a pas totalement convaincu les parents ni même Gaétan Amalir, présent également sans avoir été convié. Ce dernier, qui avait tiré la sonnette d'alarme dès l'été, s'interrogeait même sur la sincérité des comptes en soulignant que, jusqu'à présent, son emploi serait bénéficiaire.

Réunion vérité le 23 décembre

L'ordre du jour n'ayant pas prévu d'examen approfondi des comptes, une réunion « vérité » avec tous les parents est convoquée vendredi prochain, 23 décembre à 20 h aux Astéries à Belz. Apostrophés avec véhémence, les responsables des trois clubs se sont livrés à un mea culpa : celui d'une « trop grande passivité » portée par la confiance. « Si on avait fait un point financier plus tôt, on aurait tout arrêté en juin », confessait Dominique Keraron. Et d'ajouter : « Il faudrait trouver des finances pour pouvoir garder Gaétan ». « Mais si on avait été prévenu, on aurait pu aussi faire quelque chose », rétorquaient les parents en évoquant le recours à un loto ou autre. Si les tensions restent vives entre familles et responsables, un consensus se dégage sur la volonté de continuer l'Entente pour le bien des enfants. « On va réorganiser sur de nouvelles bases, sachant que les trois clubs veulent continuer ensemble », tempérait Elie Rio

 

13 octobre 2005 Entente de la Ria : la relève est là

Tanguy, Pacôme, Brendan, Fabien, Gurvan, Kevin et les autres. Tous les mercredis matin, à partir de 10 h 30 au stade municipal du Grand-Large, les débutants de l'Entente de la Ria se retrouvent autour de Gaétan Amalir et des encadrants issus des trois clubs de football réunis de Belz, Erdeven et Etel pour acquérir les bons réflexes qui feront d'eux de bons footballeurs. Le choix d'Erdeven pour l'école de football résulte de la qualité des installations mises à disposition par la commune, avec notamment la salle polyvalente en cas d'intempéries

Une quinzaine de joueurs

Si le groupe est un peu moins étoffé en ce début de saison par rapport à l'année précédente, chaque semaine, des nouveaux viennent s'inscrire portant l'effectif à déjà une bonne quinzaine de joueurs (inscriptions sur place auprès de Yannick Pessel). Quant au groupe de l'an dernier, si certains poursuivent comme débutants deuxième année, les autres constituent un très bon groupe de poussins.

 

13 septembre 2005 L'Entente de la ria ouvre sa deuxième saison

A l'issue de sa première saison, l'Entente de la ria présentait un bilan plus qu'encourageant. Le pari de réunir les sections jeunes des clubs de foot de Belz, Erdeven et Etel sous les mêmes couleurs, et de leur offrir des conditions de formation et d'encadrement optimales, a été largement atteint, et pour cette saison, les premiers pointages d'effectifs, alors que les inscriptions ne sont pas encore closes, indiquent une hausse sensible (ils étaient 180 la saison dernière). Samedi après-midi, les animateurs de l'Entente avaient conviés les familles pour une réunion de préparation à la saison.

Une école de foot n'est pas une garderie

En introduction, Gaétan Amalir, le référent technique, a posé les bases du contrat, rappelant les valeurs élémentaires de respect, et invitant touts ceux qui le souhaitent à s'investir auprès des jeunes. Il a insisté sur le fait qu'une école de foot «n'est pas seulement un lieu de consommation rentable, ni une garderie, ni un Club Mickey : un licencié a des droits, mais aussi des devoirs, et si un éducateur de football ne s'appelle pas «professeur» comme dans d'autres sports, alors qu'il a les mêmes diplômes, il n'en doit pas moins être respecté dans ses choix». Après les différents exposés sur les plannings, les choix techniques et les détails pratiques d'organisation, une discussion s'est amorcée avec les parents.

Stages de vacances

Les stages de vacances inaugurés la saison dernière seront reconduits sur une échelle plus large. Le premier se déroulera sur une semaine lors des vacances de printemps, ert durant l'été, quatre semaines sont programmées. Pour la fin de saison, l'Entente planche sur l'idée d'un mini-stage familial de trois à quatre jours, avec des activités multiples allant du foot aux sports nautiques et au tourisme. Par ailleurs, l'Entente souhaite aussi réaliser des interventions en milieu scolaire.

Treize équipes

Cette saison, l'Entente aligne quatre équipes de débutants, trois de poussins, trois et peut-être quatre de benjamins, et une en 13 ans, 15 ans et 18 ans. Pour l'école de foot, il a été décidé de ne plus les désigner par un numéro qui induit forcément une idée de classement, mais par un nom : celui d'un grand club breton (FC Lorient, Stade Rennais, FC Nantes, etc.).

 

8 juillet 2005 Vacances de foot avec l'Entente

«On les voit vraiment avancer en l'espace d'à peine une semaine». Pour Michel Galloux, le premier stage des jeunes organisé par l'Entente de la ria est d'ores et déjà un succès. Au cours de ce stage très sportif, les 30 jeunes ont notamment travaillé le rôle de gardien de but avec Olivier Moullac, entraîneur du pôle espoir de la Ligue de Bretagne.

 

2 votes. Moyenne 3.50 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.